Veille citoyenne sur la gestion des affaires publiques locales : ALCRER et Social Watch dotent Cotonou de sa cellule de participation citoyenne

A l’initiative de Social Watch Bénin et de l’ONG ALCRER, la Cellule de Participation Citoyenne (CPC) est désormais une réalité à Cotonou. Ce creuset de veille citoyenne sur la gestion des affaires publiques locales a été officiellement mis en place le 19 Juillet 2019 grâce à l’appui technique et financier de OSIWA.

Toutes les 77 communes du Bénin disposent désormais d’une Cellule de Participation Citoyenne. A la faveur d’un atelier de concertation organisé le vendredi 19 juillet dernier au siège de l’ONG DCAM Bethesda, la CPC de Cotonou a été officiellement installée par les responsables de l’ONG ALCRER et Social Watch Bénin en présence des autorités locales, notamment des Chefs d’arrondissement et Chefs de quartier de la ville.

Depuis l’installation des premières CPC en 2009, Cotonou était la seule commune à ne pas disposer encore de ce mécanisme dynamique de participation citoyenne à la gouvernance locale. Une lacune désormais comblée. Cotonou abrite désormais cet outil de promotion de la participation des citoyens à la gestion des affaires publiques locales.

Dans ses propos à l’occasion, la Coordonnatrice des Groupes Thématiques de Social Watch Bénin, mandatée pour conduire le processus de mise en place des cellules, Emmanuela HEKPAZO a expliqué que « l’objectif général de l’installation des CLPC et de la CPC est de contribuer à l’instauration d’un dialogue politique impliquant la participation active des citoyens à la gouvernance locale de la commune de Cotonou ».

Pour sa part, le représentant de l’ONG ALCRER, Gervais LOKO a fait observer que « l’enjeu, c’est de faire prendre aux citoyens leur place dans la cité, pour mieux apporter une pierre précieuse à la construction d’un édifice démocratique solide à la base ».

Il n’a pas manqué de rappeler que ce mécanisme tire son essence des lois de la décentralisation, en l’occurrence la loi 97-029 du 15 janvier 1999 portant organisation des Communes en République du Bénin qui dispose en son article 2 que la commune est « le cadre institutionnel pour l’exercice de la démocratie à la base. Elle est l’expression de la décentralisation ainsi que le lieu privilégié de la participation des citoyens à la gestion des affaires locales… ».

Ainsi, à travers cette initiative, ALCRER et Social Watch Bénin visent à éviter les risques d’apathie des citoyens face à la gestion des affaires publiques et de prévenir leur opposition active au moment de la mise en œuvre des choix par les gestionnaires de l’administration publique ».

Composée de treize (13) membres issus des Cellules Locales de Participation Citoyenne mise en place dans chacun des 13 arrondissements de la ville, la CPC de Cotonou dont l’avènement est fortement salué par les élus locaux présents à la séance, est présidée par Franck SEDJRO du RENOPAL.

A l’instar des CPC des soixante-seize (76) autres communes du pays, celle de Cotonou a pour missions essentielles de suivre les activités du Conseil communal, d’assurer l’information, l’éducation civique et la mobilisation des citoyens autour des actions et politiques publiques locales, d’exercer une veille citoyenne sur la gestion des affaires publiques et de faire le plaidoyer pour la promotion d’approches participatives de gestion de la commune.
Outre ces missions traditionnelles, les cellules de Cotonou ont pour rôle de contribuer au suivi citoyen de la mise en œuvre des projets du PAG mis en œuvre à Cotonou.

La particularité de la CPC est d’avoir été construite à partir des Cellules Locales de Participation Citoyenne (CLPC), des regroupements de cinq OSC dans chacun des 13 arrondissements de Cotonou. Les CLPC ont pour rôle de suivre la gestion de l’administration locale de leurs arrondissements, de collecter des données au niveau arrondissement pour alimenter la production d’analyses et de documents de position, d’interpellation, de demandes de reddition de compte adressées au maire.

Du 23 au 26 juillet, les CLPC et la CPC de Cotonou ont suivi des sessions de formation sur plusieurs thématiques : le cadre juridique de la décentralisation, les compétences des communes, les fondements juridiques de la participation citoyenne, les protocoles d’activités de la CPC, les outils de la veille citoyenne.