Relecture de la Loi anti-corruption du Bénin : ALCRER et le FONAC transmettent le document de position des OSC

Relecture de la Loi anti-corruption du Bénin : ALCRER et le FONAC transmettent le document de position des OSC

Le Garde des sceaux, Ministre de la justice, le Président du Réseau des parlementaires africains contre la corruption, représentant le Président de l’Assemblée nationale et plusieurs autres personnalités ont reçu des maires des responsables de l’ONG ALCRER du Front des organisations nationales contre la corruption, le document de position de la société civile en vue de la relecture de la loi portant lutte contre la corruption et autres infractions connexes en République du Bénin.

En effet, dans le cadre de la mise en oeuvre des activités du Projet de Renforcement des OSC pour la détection et la dénonciation de la corruption (Projet 2D Corruption), ALCRER et le FONAC ont organisé, ce vendredi 22 novembre 2019 au Bénin Royal Hôtel à Cotonou, une cérémonie de remise officielle dudit document aux autorités du gouvernement, de l’Assemblée nationale et des institutions de la République.

A l’ouverture de la séance, le Directeur Exécutif de l’ONG ALCRER, Martin Vihoutou ASSOGBA a rappelé que « depuis des années, c’est la première fois que la société civile a non seulement initié une étude approfondie sur le contenu de cette loi en examinant ses forces et ses faiblesses mais aussi a proposé, aux autorités compétentes, un document consensuel sur les amendements que nécessite ladite loi ».

Il poursuit en notant que « En 2011, l’avènement de la loi n°2011-20 portant lutte contre la corruption et autres infractions connexes a suscité beaucoup d’espoirs et a permis au Bénin de s’approprier les normes des principales conventions internationales, notamment la convention de l’Union Africaine (2003) et celle des Nations unies (2005).
Après quelques années de mise en œuvre, cet instrument juridique a montré certaines limites que plusieurs études ont appelé à corriger ».

C’est donc pour améliorer la qualité des observations de la société civile et faciliter leur prise en compte par les autorités compétentes que le Projet de renforcement des OSC pour la détection et la dénonciation de la corruption (2D Corruption), initié par l’ONG ALCRER et mis en œuvre en association avec le FONAC avec le soutien technique et financier du Programme RePaSOC de l’Union Européenne, a initié une étude pour nous offrir des éléments objectifs pour élaborer notre contribution au processus d’ amendements de la loi.

« Ce document comporte le point de vue de la société civile sur ce qu’il convient d’amender ou de conserver dans la loi portant lutte contre la corruption et autres infractions connexes. Il illustre notre engagement à rester un partenaire efficace et constructif dans le processus de lutte contre la corruption dont le renforcement de l’arsenal juridique est un moment important », conclue-t-il.

Représentant à l’occasion le Président de l’Assemblée nationale, l’honorable Benoît Assouan DEGLA salue l’initiative dont la finalité est de rendre la lutte contre la corruption plus efficace au Bénin.

« La lutte contre la corruption est une bataille de tous les jours.Il nous faut mener frontalement la lutte contre ce fléau qui appauvrit nos peuples. L’Assemblée nationale ne ménagera aucun effort sur le plan normatif pour l’efficacité de la lutte contre la corruption. Ensemble, nous réussirons à combattre la corruption », dira-t-il.

Pour sa part, le Garde des sceaux, ministre de la justice, Séverin Maxime QUENUM se réjouit de voir la Société civile prendre l’initiative de réflexions sur les textes encadrant la lutte contre la corruption au Bénin.

« J’ai été séduit par la qualité des conclusions de l’étude menées par l’ONG #ALCRER et le #FONAC….C’est une oeuvre de salubrité que vous venez de faire…

Je me réjouis de l’initiative prise par vos deux organisations de mener des réflexions sur les textes législatifs et réglementaires qui encadrent la lutte contre la corruption. La lutte contre la corruption et l’impunité est l’un des axes majeurs des actions du gouvernement du Président TALON » avant de rassurer que  » le gouvernement examinera avec la plus grande diligence les recommandations et points d’attention de ce document.