Dieudonné HOUINSOU, Responsable Suivi-évaluation du Programme PartiCiP 2 : « ALCRER et Social Watch œuvrent pour rendre effectifs la production et l’apurement des comptes de gestion des communes »

Dieudonné HOUINSOU, Responsable Suivi-évaluation du Programme PartiCiP 2 : « ALCRER et Social Watch œuvrent pour rendre effectifs la production et l’apurement des comptes de gestion des communes »

A la faveur de son passage dans l’émission « 5 sur 7 » de la télévision nationale ORTB ce vendredi 15 février 2019, le Responsable Suivi-évaluation du Programme PartiCiP 2 a exposé les objectifs poursuivis par le Programme PartiCiP 2 à travers son plaidoyer en faveur de la production et l’apurement des comptes de gestion des communes du Bénin.

Mis en œuvre dans 62 communes du Bénin par l’ONG ALCRER et Social Watch Bénin avec l’appui technique et financier de l’Ambassade des Pays-Bas au Bénin, le Programme de participation citoyenne aux politiques publiques (PartiCiP 2) a initié, depuis quelques mois une campagne de plaidoyer au plan national pour la production et l’apurement des comptes de gestion des communes.

« ALCRER et Social Watch Bénin ont pris cette initiative en vue de sensibiliser les autorités compétentes sur la problématique des comptes de gestion en vue de leur faire prendre des mesures règlementaires, humaines, matérielles et financières nécessaires pour améliorer le processus de production et d’apurement de ces comptes », explique Dieudonné HOUINSOU.
En effet précisera-t-il, « Depuis le démarrage effectif de la décentralisation, les communes ne produisent pas régulièrement leurs comptes ; ce qui pose un problème de redevabilité. De 2003 à 2015, environ 393 comptes de gestion sur chiffres n’ont pas été élaborés pour être certifiés et 461 comptes de gestion sur pièces n’ont pas été transmis à la chambre des comptes. En tout, 70 communes ont accusé des retards qui vont jusqu’à 11 années », fait-il observer.

Or, selon ses explications, comme l’Etat, les communes sont astreintes à la reddition de comptes. Aux termes des dispositions de la loi n°98-007 du 15 janvier 1999 portant régime financier des communes au Bénin, les Receveurs-Percepteurs, ont l’obligation de produire en fin d’exercice le compte de gestion de la commune. La production de ce compte de gestion vise à justifier l’exécution du budget de la commune ».

C’est donc, au regard de cette situation que, faisant suite aux recommandations de l’atelier national sur la problématique de la production et de l’apurement des comptes de gestion qu’il a organisé en novembre 2016 à Cotonou, le Programme PartiCiP a décidé de sensibiliser les acteurs impliqués dans le processus sur l’importance de cet exercice de bonne gouvernance.

« La démocratie repose aussi sur la reddition de comptes par rapport à l’usage fait des fonds publics », fera observer l’invité de l’ORTB.
Dans cette logique, le Programme PartiCiP a apporté un important appui financier à la Direction Générale du Trésor et de la Comptabilité en 2018 pour le rattrapage des comptes des gestion en retard dans quinze (15) communes et mené une campagne nationale de plaidoyer à l’endroit des maires et des receveurs-percepteurs aux fins de les sensibiliser à procéder dans les délais légaux à la production et à l’apurement des comptes de gestion.

« ALCRER et Social Watch Bénin sont deux organisations qui s’investissent pour l’enracinement de la bonne gouvernance dans nos communes à travers le Programme PartiCiP. Elles sont engagées pour que la situation actuelle soit améliorée afin que les citoyens soient bien informés de l’utilisation faite des fonds publics grâce au contrôle juridictionnel exercé par la Chambre des comptes de la Cour suprême », a-t-il laissé entendre.

En tout état de cause, rassure Dieudonné HOUINSOU, la nouvelle phase du Programme PartiCiP poursuit ses actions en faveur de la bonne gouvernance dans les communes grâce à l’appui des Pays-Bas et renforcera la veille citoyenne pour faire de la reddition de comptes financière une réalité dans les communes.


Cell-com PartiCiP 2