COMMUNIQUE N°2 SUR LE SUIVI CITOYEN PAR LES CELLULES DE PARTICIPATION CITOYENNE (CPC) DE LA RIPOSTE NATIONALE CONTRE LE COVID-19 AU BÉNIN

COMMUNIQUE N°2 SUR LE SUIVI CITOYEN PAR LES CELLULES DE PARTICIPATION CITOYENNE (CPC) DE LA RIPOSTE NATIONALE CONTRE LE COVID-19 AU BÉNIN

Fidèle à sa mission de veille citoyenne sur l’action publique et soucieuse de l’efficacité du dispositif de lutte contre le covid-19, l’ONG ALCRER a poursuivi, dans la semaine du lundi 13 au vendredi 17 avril 2020, la collecte de données dans le cadre du suivi citoyen de la riposte nationale contre le covid-19. Celle-ci vise à contribuer à l’efficacité de la gestion de la pandémie au Bénin à travers l’identification des manquements à cinq mesures fondamentales prises par le gouvernement dans le cadre de la riposte.
Pendant la période de référence, les cellules de participation citoyenne (CPC) ont collecté des données primaires quant au respect de ces mesures dans 29 communes. Ces données ont été compilées, traitées et analysées pour permettre d’avoir une situation générale dont la teneur suit.

CONSTATS MAJEURS
Situation générale
Dans les 29 communes parcourues, la plupart des mesures sont globalement bien suivies, mais sans rigueur la plupart du temps, notamment le port du masque au sein du cordon sanitaire (masque ne couvrant pas le nez), la fermeture des buvettes et discothèques, etc. Cependant, des violations persistent par endroits quant au respect de la distanciation sociale d’un (01) mètre, de la mise en place des dispositifs de lavage des mains, du nombre de passagers à bord des taxis, etc. Les CPC ont également observé un relâchement dans le respect des gestes barrières dans les espaces privés (domiciles) et les marchés.

Constats par mesure

Mesure 1 : Interdiction de circulation des bus et minibus de transport en commun de personnes Niveau de mise en œuvre : dans 90% des communes sillonnées, cette mesure est bien respectée. Elle est passablement respectée dans 10% de ces communes.

Faits majeurs : A Cotonou par exemple, l’interdiction de circulation des bus et minibus de transport en commun est respectée en grande partie. Toutefois, certains taxis ont des passagers à bord qui dépassent le nombre de trois indiqué par les autorités.

Mesure 2 : Fermeture des bars, discothèques et autres lieux de réjouissance ; Niveau de mise en œuvre : dans 90% des communes sillonnées, cette mesure est bien respectée. Elle est passablement respectée dans 10% de ces communes.
Faits majeurs : Quelques buvettes ouvertes clandestinement ont été enregistrées, notamment à Cotonou dans le 11ème arrondissement.

Mesure 3 : Obligation pour les employeurs sur les lieux de travail, d’installer le dispositif de lavage des mains, de faire respecter la distance d’un (1) minimum entre employés et obligation de porter le masque de protection Niveau de mise en œuvre : dans 55% des communes sillonnées, ces mesures sont bien respectées. Elles sont passablement respectées dans 40% de ces communes.

Faits majeurs :
– Le port du masque est fantaisiste ; il est accroché à une oreille ; il est porté sans couvrir le nez ; il est porté par moment
– A domicile, les citoyens continuent de banaliser le dispositif de lavage de main ; la distance d’au moins 01 mètre n’est pas toujours respectée et certains continuent même de se serrer la main.
– Au port sec d’Allada, aucun dispositif de lavage n’est installé et la distance d’un mètre n’est pas respectée.

Mesure 4 : Limitation du nombre de passagers à bord des taxis et embarcation à trois (03) au maximum Niveau de mise en œuvre : dans 90% des communes sillonnées, cette mesure est bien respectée. Elle est passablement respectée dans 5% de ces communes. Des violations de cette mesure ont été constatées dans 5% des communes.
Faits majeurs : Sur le lac Ahémé, entre Kpomassè et les communes du Mono, profitant de l’absence du dispositif de contrôle de la Police républicaine, les embarcations transportent régulièrement plus de trois personnes.

Mesure 5 : Interdiction d’entrer et de sortir de l’espace du cordon sanitaire. Niveau de mise en œuvre : cette mesure n’est pas totalement respectée dans les communes frontalières du cordon sanitaire.
Faits majeurs :
– Les tricycles, qui normalement ne devraient transporter que de la marchandise, prennent des passagers qui s’agglutinent dans la remorque.
– Comme la semaine précédente, les CPC ont observé des entrées et sorties illicites du cordon sanitaire par des chemins dérobés.
– Il a été observé un trafic illicite intense sur le corridor So-Ava et Cotonou où des pirogues transportent plusieurs personnes à la fois sans être inquiétées. Les voies fluviales ne sont pas suffisamment prises en comptes dans les contrôles.

RECOMMANDATIONS PHARES

Mesure 1
– Renforcer les contrôles routiers, notamment sur les voies de contournement et sanctionner les chauffeurs indélicats ;
– Renforcer les contrôles sur les voies entre Za-Kpota et le Nigéria : actuellement, ces voies sont très sollicitées.

Mesure 2 Renforcer les contrôles de la Police républicaine pour dissuader les chauffeurs récalcitrants à la mesure.

Mesure 3 – Prendre des mesures spéciales par rapport à la mise en place de dispositifs de lavage des mains dans les marchés.
– Impliquer les crieurs publics, les artistes et les médias dans le dispositif de sensibilisation des populations.
– Renforcer les mesures de protection du personnel travaillant dans les hôtels abritant les personnes en quarantaine.
– Procéder à la distribution gratuite des masques comme c’est le cas avec les moustiquaires imprégnées.
– Rappeler à l’ordre les employeurs du secteur privé et les responsables des services publics sur la systématisation des dispositifs de lavage des mains et le respect de la distanciation sociale sur les lieux de travail.

Mesure 4
– Renforcer les contrôles sur le lac Ahémé entre Kpomassè (Atlantique) et les communes du Mono.
– Renforcer les contrôles sur les conducteurs des taxis moto qui transportent plus de deux personnes.
Mesure 5
– Renforcer les contrôles sur les voies de contournement des accès dans les communes qui sont dans le cordon sanitaire, et, sur le corridor Sô-Ava et Cotonou.

Fait à Cotonou, le 17 avril 2020

Directeur Exécutif
Martin Vihoutou ASSOGBA