Atelier sous-régional à Dakar sur la migration : L’OIM renforce les capacités de l’ONG ALCRER et des membres de la plateforme MIGRAFRIQUE

Atelier sous-régional à Dakar sur la migration : L’OIM renforce les capacités de l’ONG ALCRER et des membres de la plateforme MIGRAFRIQUE

L’ONG ALCRER, à travers son Directeur Exécutif, Martin Vihoutou ASSOGBA, a représenté le Bénin du 10 au 13 avril dernier au Sénégal à l’occasion de l’atelier sous-régional de formation sur les migrations mixtes, les recrutements internationaux et la protection des migrants.

Parmi les vingt-cinq participants à ce conclave sous-régional. Organisé par l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM), cette activité qui s’est déroulée à l’’Hôtel Résidence Mamoune de Dakar a réuni des acteurs venus de plusieurs pays de la sous-région.

La Migration est désormais un enjeu de développement pour les pays africains dont le Bénin. Aussi, acteurs publics et privés s’investissent-ils à mieux cerner la problématique et à y apporter des réponses idoines en vue d’en faire un facteur d’épanouissement pour les communautés et les Etats.

Conscients qu’il est important pour la société civile d’organiser ses actions de plaidoyer pour mieux sensibiliser leurs partenaires et acteurs étatiques, l’OIM et ses partenaires ont pris cette initiative dans le but de renforcer les connaissances et capacités d’action des organisations de la société civile ouest-africaine travaillant sur les questions de migration irrégulière et les risques associés.

Depuis 2015, plusieurs organisations de la Société civile ouest-africaine ont mis en place un cadre de renforcement de leurs capacités dénommé « MIGRAFRIQUE », qui vise à doter la société civile active dans le champ migration, du développement et droits des migrants, d’un espace de dialogue de haut niveau visant à renforcer ses capacités institutionnelles.

Ainsi, il s’est agi au cours de ces trois jours de formation de renforcer la connaissance des participants sur les cadres juridiques concernant la lutte contre le trafic des migrants et la traite des êtres humains, améliorer leur connaissance des politiques de la CEDEAO, d’organisations du système des Nations Unies et de l’Union Européenne sur les questions migratoires, le recrutement éthique, la lutte contre la traite et le trafic illicite des migrants et enfin de faire travailler les participants à la mise en place d’une véritable stratégie de partenariat aux niveaux national et sous régional.

A l’issue de ce conclave qui a mobilisé les plus hautes autorités du Sénégal, les participants venus du Bénin, Mali, Burkina Faso, Togo, de la Guinée, Mauritanie, Côte d’Ivoire et Sénégal ont établi une meilleure compréhension et des enjeux communs concernant les migrations mixtes en Afrique de l’Ouest, les pratiques de traite et de trafic des migrants, et des actions de recrutement irrégulières.

Notons que ces derniers sont tous membres du Réseau MIDAO (Migration et développement en Afrique de l’Ouest) pour la défense de la libre circulation et les droits des migrants et du cadre de renforcement de capacités des membres dudit réseau et de la société civile dénommé « MIGRAFRIQUE ».