Afrique de l’Ouest : Déclaration d’une vingtaine d’OSC du Réseau MIGRAFRIQUE pour des politiques migratoires au service du développement

Afrique de l’Ouest : Déclaration d’une vingtaine d’OSC du Réseau MIGRAFRIQUE pour des politiques migratoires au service du développement

A la faveur de l’atelier sous-régional de formation sur les migrations mixtes, les recrutements internationaux et la protection des migrants organisé à Dakar au Sénégal, une vingtaine d’organisations ouest-africaines ont fait une déclaration sur la question migratoire dans la sous-région. Pour ces dernières, les Etats, les OSC et les Partenaires au développement doivent ouvrer à faire de la migration un facteur de développement au profit du bien-être des citoyens.

DÉCLARATION DE LA PLATEFORME RÉGIONALE MIGRAFRIQUE

Réunis les 10 et 11 avril 2019 à Dakar, à l’occasion de l’atelier de formation sur les migrations mixtes, les recrutements internationaux et la protection des migrants, à destination de la plateforme MIGRAFRIQUE organisée par ICMC-Europe en partenariat avec DIADEM (Diaspora Développement Education Migration) Sénégal et l’OIM (Organisation Internationale pour les Migrations),
Nous acteurs de la société civile du Bénin, Burkina Faso, Cote d’Ivoire, Mali, Guinée, Mauritanie, Sénégal et Togo, engagés dans la lutte pour des politiques migratoires qui respectent les droits des migrants,
Considérant le contexte sous régional marqué par les problèmes sécuritaires, liés aux conflits intercommunautaires, des violences armées et le terrorisme,
Considérant le consensus mondial adopté à Marrakech autour du pacte mondial sur la migration,
Considérant les instruments normatifs relatifs à la libre circulation et le droit de résidence des citoyens de la CEDEAO
Considérant que les migrants ont des droits et des devoirs codifiés à travers différents instruments normatifs internationaux, sous régionaux et africains
Considérant l’urgence de mener des actions coordonnées de lutte contre la traite, le trafic de migrants en Afrique de l’Ouest en lien avec les migrations irrégulières et le respect des droits des migrants ,
Considérant les nouvelles règles très restrictives d’entrée et de séjour dans les pays de l’OCDE
Et
Tenant compte
De l’existence d’autres cadres de gouvernance de la migration tel que le processus de Rabat,
des enjeux de la migration et des besoins de développement des pays de départ, et des effets néfastes de la situation vécue par les migrants ouest africains dans différents pays du monde (Golfe)
Du racisme et de la xénophobie en cours en Europe ,
Constatant la place des migrations Sud-Sud plus importante en volume que celles hyper médiatisées vers l’Europe
Rappelant l’importance du droit à la libre circulation et au droit de résidence
Notant avec inquiétude la récurrence de la violation des droits fondamentaux des migrants dans les pays de transit et destination ,
Réaffirmons
L’obligation pour nos Etats de respecter l’application des engagements internationaux de protection des droits des migrants
La nécessité et l’urgence de trouver des réponses effectives en matière de migration de travail et de protection sociale entre pays du Sud en priorité
Engageons les états et gouvernements d’adopter sans complaisance des mesures contraignantes pour lutter efficacement contre la traite, le trafic de personnes, tout en assurant le respect des droits des migrants
Décidons
de continuer à lutter pour la dignité des migrants et des politiques migratoires qui s’orientent vers le développement de nos pays .
De poursuivre l’élargissement de nos relations en Afrique et dans le monde tout en consolidant les partenariats existants
D’une semaine ouest africaine de plaidoyer et d’action sur la traite, le trafic et les migrations irrégulières et les droits des migrants en fin juillet 2019
De renforcer les capacités de nos membres.

Fait à Dakar le 11 Avril 2019

La Plateforme MIGRAFRIQUE